L'actualité des rapports

Le (très) petit monde de l’agroalimentaire

Prenez les plus grandes multinationales de l’agrobusiness cotées en bourse : Mondelez, Monsanto, Coca-Cola, Nestlé, DuPont, Unilever… Regardez de plus près la composition de leur actionnariat et vous verrez apparaître quasiment systématiquement cinq noms : Blackrock, Vanguard, State Street, Capital Group, Fidelity. Cinq fonds d’investissements qui possèdent à eux seuls un pourcentage significatif (entre 10 et 30%) des capitaux de ces géants de l’agroalimentaire.

L’identification de ce phénomène – appelé généralement « propriété commune » (ou « common ownership » en anglais) – et son renforcement récent au sein du secteur de l’agroalimentaire constitue le sujet principal de ce papier de Jennifer Clapp qui analyse la base de données de liens capitalistiques « Thomason Reuters Eikon » et des données des sites internet des principales sociétés de gestion d’actifs.

Or, de plus en plus d’analystes soulignent le fait que la détention des capitaux de multinationales par un nombre de plus en plus faible de fonds d’investissements contribue à la concentration du pouvoir – déjà importante – dans le secteur agroalimentaire. Les pratiques anticoncurrentielles, le freinage de l’innovation, et le déséquilibre du rapport de forces avec les états qui en découlent peuvent ensuite avoir des conséquences sociales, économiques et environnementales significatives.

L’auteure conclue sur le besoin pressant d’un renforcement des réglementations antitrust pour lutter contre ces phénomènes de propriété commune. Mais alors qu’on assiste à une recrudescence des appels dans ce sens, dont certains ont retenus l’attention de l’OCDE, ces efforts ont déjà été vivement critiqués par les principaux fonds d’investissements. D’où l’enjeu, pour les prochaines recherches sur ce sujet, de nourrir un argumentaire efficace capable de remettre en question le développement des propriétés communes dans l’agrobusiness.

Les dernières actualités

05 mai 2020

Faire dialoguer la santé, l’agriculture, l’environnement et l’alimentation…

Santé – Agriculture – Environnement – Alimentation : quatre secteurs qui apparaissent naturellement interconnectés. Et pourtant, selon ce nouveau papier de recherche de la Toulouse School of Economics, la littérature actuelle ne les étudierait généralement que par binôme – agriculture et environnement, […]

05 mai 2020

À qui ne profite pas le crime ?

Quelques chercheurs se sont penchés sur une modélisation des gains et pertes engendrés par la domiciliation dans des paradis fiscaux de profits des grandes multinationales. Et ça donne une carte où la France se voit octroyée la redoutable couleur rouge.

05 mai 2020

Loup y es-tu ?

Faut-il choisir entre la réintroduction du loup au titre de la biodiversité et le développement de l’élevage en plein air ? Cette infographie de l’INRAE met en image la cohabitation difficile entre le loup et l’élevage.