L'actualité des rapports

Le recyclage des tapis au Royaume-Uni : l’écran de fumée…de l’incinération

Chaque année, le Royaume Uni achète l’équivalent de deux fois la surface de Paris en tapis, soit 210 millions de m². En vis-à-vis, il en jette 256 millions de m². Mais depuis 11 ans, grâce à une organisation non gouvernementale – the Carpet Recycling UK (CRUK) – de moins en moins de tapis jetés finissent à la décharge. Un véritable succès selon cette ONG : alors qu’en 2008, seulement 2% des tapis jetés échappaient à la décharge, aujourd’hui 44% d’entre eux qui bénéficie d’une autre forme de fin de vie. Cependant, pour les auteurs de ce nouveau rapport de la Changing Markets Foundation, les avantages des nouveaux circuits de recyclage mises en place sont discutables.

Sur les 44% de tapis qui évitent la décharge pour être « recyclés », 73% sont incinérés pour produire de l’énergie. Le CRUK présente d’ailleurs cette nouvelle voie de recyclage comme une alternative durable aux énergies fossiles. Seul oubli, les tapis sont majoritairement composés de plastiques (et donc issus des énergies fossiles). Cela pose par ailleurs de sérieux problèmes lors de leur combustion : sur le plan sanitaire, la plupart des tapis contiennent environ 60 composés toxiques pour l’homme (cancérogènes probables, perturbateurs endocriniens, etc.). Sur le plan environnemental et dans un contexte où le Royaume Uni a déclaré vouloir atteindre un niveau de zéro émissions nettes en 2050, la combustion d’un kilo de tapis émet 1,89 kg de CO2. Les auteurs ont d’ailleurs chiffré le coût pour la société que représentait l’incinération des tapis du fait des émissions carbones : 16,5 million de livres en 2019 (en utilisant l’estimation du prix du carbone par le gouvernement de 68,25 £ par tonne de CO2 ).

Pour changer la donne, quelques recommandations sont listées, notamment à destination des fabricants de tapis qui sont invités à revoir leurs ingrédients pour privilégier les matières recyclables, facilement isolables et pour limiter le nombre de matériaux utilisés. Enfin, les auteurs soulignent la nécessaire remise en question de la gouvernance du CRUK, chargée de questionner la filière et pourtant financée par les fabricants de tapis qui siègent également à son comité de direction…

Les dernières actualités

05 mai 2020

Faire dialoguer la santé, l’agriculture, l’environnement et l’alimentation…

Santé – Agriculture – Environnement – Alimentation : quatre secteurs qui apparaissent naturellement interconnectés. Et pourtant, selon ce nouveau papier de recherche de la Toulouse School of Economics, la littérature actuelle ne les étudierait généralement que par binôme – agriculture et environnement, […]

05 mai 2020

À qui ne profite pas le crime ?

Quelques chercheurs se sont penchés sur une modélisation des gains et pertes engendrés par la domiciliation dans des paradis fiscaux de profits des grandes multinationales. Et ça donne une carte où la France se voit octroyée la redoutable couleur rouge.

05 mai 2020

Loup y es-tu ?

Faut-il choisir entre la réintroduction du loup au titre de la biodiversité et le développement de l’élevage en plein air ? Cette infographie de l’INRAE met en image la cohabitation difficile entre le loup et l’élevage.