L'actualité des rapports

Vieillir ou bien vivre, pour ne plus devoir choisir

Notre société tend à rendre « invisibles » les personnes du très grand âge qui se trouvent en majorité dans une situation d’isolement, chez elles ou en établissement. Il s’agit pourtant d’un enjeu de société primordial et croissant : d’après les projections de l’Etat, le nombre de personnes âgées en perte d’autonomie devrait doubler d’ici 2050, dépassant les 2,23 millions de personnes à cet horizon. Tel est le constat de départ du rapport publié en mars dernier par le Ministère des Solidarités et de la Santé sur le Grand Age et l’Autonomie, qui fait suite à la plus grande concertation que la France ait menée sur le sujet.

Ce rapport dresse un état des lieux statistique des conditions de vie des personnes de plus de 75 ans, un état de l’art des connaissances scientifiques sur les enjeux associés, s’intéresse au ressenti des personnes concernées et fait remonter des propositions émanant du terrain. Pour les auteurs, la France a un double défi à relever : d’abord démographique du fait de l’avancée en âge de la génération du baby-boom, mais aussi en termes de qualité des services car le modèle actuel privilégiant le traitement des cas les plus lourds au détriment de la prévention, est « à bout de souffle ».

Pour relever ce défi, le rapport recommande d’engager une profonde réforme qui s’appuie sur cinq piliers : 1/ revaloriser les métiers du grand âge pour lutter contre la pénurie de personnel et garantir la qualité de l’accompagnement technique et humain, 2/ simplifier les démarches et les aides financières pour assurer une plus grande justice sociale, 3/ coordonner les interventions des professionnels auprès des personnes âgées pour éviter les ruptures traumatisantes, 4/ reconnaître le travail des aidants et leur permettre de préserver leur vie personnelle et professionnelle, 5/ plus fondamentalement, changer de modèle pour permettre aux individus de rester le plus longtemps chez eux dans de bonnes conditions, plutôt que de partir en EHPAD, et réformer ces derniers pour qu’ils deviennent des lieux de lien social ouverts sur la société.

Pour concrétiser ces orientations, le rapport propose 175 axes de travail et un investissement massif correspondant à une hausse de 35% des dépenses publiques allouées à ce poste d’ici 2030. D’après les auteurs, un tel plan d’envergure nécessitera du temps et des changements légaux et réglementaires importants, mais aussi des mesures d’urgence, et une prise de conscience beaucoup plus large par la société des enjeux, du statut et des droits des personnes âgées. Au fond, un questionnement pour chacun d’entre nous…

Les dernières actualités

31 juillet 2019

Quand les règles ne sont pas les mêmes pour tous

Un monopoly selon les règles de notre société actuelle, voici ce que propose l’Observatoire des Inégalités à un groupe d’enfants dans cette courte vidéo. Certains commencent avec plus d’argent que d’autres, d’autres ne peuvent avancer que d’une case à chaque […]

31 juillet 2019

Mon pesticide local

Normands, franciliens, connaissez-vous le prosulfocarbe ? Corses, avez-vous déjà entendu parler du soufre sublime ? Probablement pas. Et bien sachez que derrière ces curieux mots se cachent les pesticides les plus utilisés dans vos régions respectives ! Les étudiants en journalisme de l’IUT […]

31 juillet 2019

Petit point sur le Made in France

Petite infographie « made in BASIC » pour faire le point sur le « Made in France » à partir des toutes dernières données de l’INSEE.