L'actualité des rapports

L’AOP Reblochon, un effet boeuf ?

Fièrement affichée sur les produits labellisés, l’Appellation d’Origine Protégée (AOP) fait le bonheur des amateurs. Mais à consommateur satisfait, producteur satisfait et demi ? Cette étude menée en Haute-Savoie par des étudiants de SupAgro Montpellier éclaire le cas particulier de l’AOP Reblochon.

Pour rappel, une AOP est la labellisation d’une production agricole associée au respect d’un cahier des charges qui spécifie des conditions de production et un terroir particuliers. Valorisée par le marché, elle assure généralement des prix de vente supérieurs à la moyenne aux producteurs, mais ça n’est pas systématiquement le cas.

Dans un contexte de baisse des prix du lait en France depuis les années 1980, l’étude montre que l’AOP a permis aux producteurs haut-savoyards de bénéficier de revenus élevés par rapport aux autres régions, en vendant leur lait près de 40% plus cher que le prix moyen français entre 1982 et 2016.

Ce consentement à payer plus pour rémunérer la qualité AOP de l’aval de la filière a permis le maintien sur le territoire de systèmes d’élevage en montagne, et ce malgré des coûts de production substantiellement plus élevés.

Alors l’AOP, vache à lait pour le territoire ? Pas si simple, car des limites existent : au sein même de la labellisation cohabitent plusieurs modèles agricoles qui peuvent entrer en concurrence. Le rapport pointe entre autres la forte pression foncière exercée sur les plus petites exploitations.

Les dernières actualités

29 novembre 2018

Des choux et des carottes

Cet article de recherche du journal Global Environmental Change réalise ce qu’on appelle une comptabilité par flux de matière à l’échelle de la société humaine : on considère le système « société humaine » et on regarde tout ce qui y rentre (biomasse, […]

29 novembre 2018

Ça pousse ces petites bêtes

On connaissait le tour des vignobles de France, son tour des fromages, son tour des cathédrales … on a désormais son tour du nucléaire. Et pour ne pas se perdre, rien de mieux qu’une bonne carte.

29 novembre 2018

« Cours Forrest, cours ! »

C’est l’histoire d’une course. Une course où il ne faut surtout pas s’arrêter, ne serait-ce que pour préserver ses ressources. Une course sans ligne d’arrivée. Une course à perdre haleine. A suivre en direct live ici.