L'actualité des rapports

L’impact et la loi

À l’image du récent projet de loi relatif à la bioéthique, les projets de lois doivent faire en France l’objet d’une évaluation d’impact préalable. Comment et pourquoi le gouvernement utilise-t-il ces études d’impacts ? C’est ce qu’explique ce rapport du CESE (Conseil économique social et environnemental) qui s’appuie sur un historique détaillé des études d’impact dans le milieu législatif, et conclut sur des propositions d’améliorations des études existantes.

Les premières études d’impacts conduites dans les pays anglo-saxons dans les années 1970 visaient à légitimer l’intervention publique, perçue comme un fardeau pour les entreprises. Elles se sont ensuite diffusées dans l’Union européenne avec un nouvel objectif : améliorer le contenu des lois. Obligatoires depuis 2009 en France pour évaluer les projets de lois proposés par le gouvernement (à l’exception de ceux liés aux finances publiques ou à la Constitution), les études comparent une future loi avec ses alternatives possibles (juridiques ou non) sur la base de leurs potentiels impacts économiques, financiers, sociaux et environnementaux.

De son analyse, le CESE dégage plusieurs problématiques :

  • Les études d’impacts, rédigées par le ministère porteur du projet avec l’appui de différents conseils (dont le Conseil d’Etat), sont trop disparates, en termes de qualité et de format. Les auteurs recommandent donc de les homogénéiser,
  • Toutes les parties prenantes, société civile comprise, peuvent être consultées lors d’une étude d’impact, mais cette possibilité est trop peu mise en œuvre dans la pratique. Le CESE perçoit pourtant l’évaluation d’impact comme un réel outil démocratique, malgré son caractère technique. Et plaide donc pour une participation élargie qui permettrait notamment d’ajuster les textes en fonction des attentes des citoyens.
  • En termes de périmètre, le CESE préconise un élargissement de l’obligation d’évaluation aux propositions de lois du Parlement et aux projets d’amendement.
  • Enfin, il recommande de systématiser l’évaluation ex-post afin que la pertinence de l’évaluation préalable puisse être contrôlée et les futures évaluations améliorées.

À ces conditions, selon les auteurs, les études d’impacts permettraient de légiférer de manière plus « objective ».

Les dernières actualités

30 juin 2020

Petit point sur les énergies renouvelables

On fait le point sur la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique d’ici 2035 à partir de deux articles (1) et (2) de Grandjean, Quirion et Shirizadeh. 

30 juin 2020

Lentilles, pois chiches, et cantines

Malgré des atouts nutritifs et environnementaux de poids, les légumineuses sont encore bien cachées dans les menus de la restauration collective. Pourquoi ? Cette infographie de l’INRAE nous donne quelques éléments de réponses.

30 juin 2020

Un secteur en bonne santé (financière)

Alors que le monde entier planche sur un remède pour le Covid-19, le présent rapport produit par le centre de recherche néerlandais SOMO s’intéresse au secteur pharmaceutique et sa financiarisation. Pour rappel, la financiarisation peut se définir comme la tendance […]